Aller au menu. Aller au contenu.

Journal d’un étranger
par al.jes

Un Jour à Nairobi

Sunset

Bientôt 9 h. Je me lève et traîne à rejoindre la salle de bain, froide. Je branche l’eau chaude, m’attelle à la toilette. Je traîne sous la douche, profitant du bonheur simple d’avoir de l’eau chaude. On n’y pense pas assez, mais c’est un luxe.

J’enfile quelques vêtements… Un jean, une des chemises sur mesure que j’ai fait tailler pour trois fois rien en Inde, un pull-over, et mon écharpe en coton jaune, que j’avais achetée à Goa. On ajoute mes sneakers éthiopiennes qui m’accompagnent fidèlement depuis des années ; je saisis iPhone et portefeuille, puis je sors de mon neuf mètres carré 1.

Depuis mon iPhone, je commande un Uber, verrouillant la porte et la grille de l’autre main. Je descends les étages, passe la première enceinte. Le garde répond à mon salut, me souhaite une bonne journée. Le portail derrière moi, mon Uber est là. Il m’emmène au-delà de la seconde enceinte gardée, au travers les quartiers riches de l’ouest de Nairobi.

On arrive au bâtiment où se trouve la compagnie pour laquelle je travaille. Je sors mon téléphone de la poche, et y entre une série de numéros pour payer mon chauffeur du jour. 200 KES. 2 $. Avant de monter au troisième étage, je prends mon petit déjeuner chez Pete, un restaurateur du rez-de-chaussée. ‹ Kawaida ›. Comme d’habitude. Œufs, bacon, quelques légumes et thé vert.

Je monte au bureau, finis la tâche qui m’a occupé cette semaine, juste à temps pour la réunion quotidienne avec l’équipe ghanéenne. Mon patron est très content de mon travail, et a décidé d’adopter ma méthode de découpage de l’histoire du jeu pour un autre projet. Après la réunion, il est une heure, donc je vais manger.

Je sors, marche vingt minutes jusqu’à un mall voisin. Je passe la sécurité, ôtant de mes poches portable, portefeuille et clés avant de passer sous le détecteur de métal. Il sonne (boucle de ceinture, sans doute), mais le garde est en pleine discussion avec un collègue. Je réempoche mes affaires et passe sans demander mon reste, direction un café que j’apprécie. Je prends un thé vert, un wrap végétarien avec de la salade en accompagnement, et un milk shake à la noix de cajou en dessert. Je paie aussi avec mon téléphone. Puis je retourne au bureau.

L’après-midi, je commence la tâche de la semaine prochaine. Je suis moins en avance que d’habitude, cette semaine. Vers cinq heures, un entrepreneur qui travaille dans un bureau voisin vient nous rendre visite pour une conversation amicale. Il a repéré que j’aime les beaux vêtements, et depuis quelques jours vient me demander des conseils sartoriaux… Une heure plus tard, un de mes collègues s’en va pour un rendez-vous galant. Je travaille encore un peu, puis je range mes affaires pour le week-end.

Je retourne au mall de ce midi, et j’achète une place pour War Dogs, qui vient de sortir. Je mange au même endroit, un burger au fromage bleu et une infusion glacée de citron et gingembre. Le film suit (très sympa), puis je prends un autre Uber pour rentrer. En chemin, je discute avec le chauffeur.

Une fois chez moi, je vois sur mon téléphone de nombreuses notifications : mon ami Dev m’envoie des nouvelles. Je me change pour le T-shirt de mon école, qui me sert de vêtement de nuit, et je réponds, profitant de la soirée…


Image : Sunset, par ma pomme.


  1. Il me coûte 300 $ par mois, ce qui est bon marché ici. Surtout quand on ajoute l’eau chaude, l’électricité, les deux enceintes de sécurité gardées, et l’employée qui fait le ménage et la lessive toutes les semaines. Le tout compris dans le loyer. Une bonne affaire. 

Publié le 20.08.2016. Lien permanent. Retourner en haut.

©2014 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me