Aller au menu. Aller au contenu.

Journal d’un étranger
par al.jes

Départ pour le Sud

Pour les fêtes de fin d’année, nous avons eu deux semaines de vacances, que j’avais décidé de passer en Inde méridionale. Au début, l’idée était de passer une semaine à Pondichéry et une autre à Kochi (anciennement Cochin), mais le programme a dû changer, par la force des choses.

Pour commencer, j’avais acheté un billet de train pour Pondichéry, mais le train était complet et la liste d’attente était déjà fort longue. Heureusement, le camarade Païkan, qui avait pas mal voyagé en Inde par le passé, m’a expliqué qu’il y a toujours un quota de dernière minute. Je demandai au voyagiste s’il pouvait utiliser ce dernier, ce à quoi il répondit que ces places ne sont disponibles que la veille du départ. Je paie le billet à l’avance et lui donne mon adresse électronique, afin qu’il me le fasse parvenir. J’achète par le même procédé le billet retour (depuis Kochi) et je prends un billet d’autocar entre Pondichéry et Kochi.

Vendredi, ne voyant pas mon billet dans ma boîte aux lettres, je retourne chez le voyagiste avec un camarade indien pour m’aider à régler ce problème. Là, j’apprends que je n’ai pas de billet parce que le quota de dernière minute était déjà rempli quand le voyagiste a tenté l’opération 1. Trois heures plus tard 2, je finis par me faire rembourser mon billet. J’ai aussi changé mon billet retour contre deux billets de car, que j’étais sûr d’avoir, avec une étape intermédiaire. C’était plus cher, mais j’aime mieux ça plutôt que de rencontrer le même problème la veille du départ, à Kochi.

Pour l’aller, j’ai pris l’avion. Comme il n’y a pas d’aéroport à Pondichéry, j’atterrirai à Chennai. Quand j’arriverai, puisque l’avion est en retard.


  1. Bien entendu, c’eût été trop difficile de me prévenir. J’aurais pu essayer de me faire rembourser… 

  2. Littéralement. Trois heures, et pas une minute de moins. 

Publié le 22.12.2014. Lien permanent. Retourner en haut.

©2014 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me